image

En 1957, David Ogilvy doit réaliser une annonce presse pour le compte de la marque prestigieuse Rolls Royce. C’est en épluchant durant 3 semaines la documentation liée à cette voiture, qu’il trouvera une accroche évoquant à la fois le confort et le luxe de ce véhicule haut de gamme.Il s’était aussi appuyé sur une vieille annonce qui disait « Une Rolls Royce est une protestation contre le bruit »
« A 100 km/h (60 miles) le bruit le plus étourdissant que l’on perçoive dans cette nouvelle Roll’s Royce provient de l’horloge électrique »
Il fait suivre cette formule d’un long rédactionnel qui détaille les caractéristiques de la Silver Cloud (modèle de cette annonce). On nous présente la voiture dans un contexte familial et urbain contrariant avec l’idée que cette automobile serait plutôt à destination des hommes d’affaires richissimes. Fait rarissime, c’est la première fois dans une publicité pour un produit de luxe, que le prix 13 500 dollars fut affiché.
Avec un budget de 25 000 dollars, même pas le prix de deux Rolls Royce, cette campagne fera grimper les ventes de la marque : 190 voitures en 1956, 233 en 1957, 360 en 1958, 403 en 1959 et 629 en 1960. Parmi celle-ci le modèle de David Ogilvy qu’il changeait chaque année… Comme quoi un texte long est aussi vendeur qu’un rédactionnel court.

Quelque chose à dire ?