image

En 1985, l’agence Young&Rubicam accompagnée du talentueux Jean Paul Goude, vont imaginer pour la marque Kodak les fameuses « Kodakettes ». Trois fillettes habillées d’un maillot de bain à rayures rouges et blanches, coiffées d’un bonnet ressemblant à une énorme ventouse. Ces personnages publicitaires délurés et débordants d’énergie représenteront la marque plus d’une dizaine d’années.

Le premier film signé Goude pour le Kodachrome les présentent sautant de photo en photo poursuivies par un Yéti, une bande de papous affamés. Le film remportera un Lion d’or lors du Festival International de la Publicité à Cannes.

L’agence Young&Rubicam remportera un deuxième Lion d’or l’année suivante pour son film intitulé « Les Fontaines » dans lequel surgissent d’un désert de sable, une grande fontaine et des colonnes sur lesquelles apparaissent les Kodakettes, puis des tulipes multicolores pour mettre en avant le film Kodacolor Gold.

En 1988, La marque devient l’un des sponsors des Jeux Olympiques de Calgary (Hiver) et de Séoul (Eté). Pour cette occasion, nous retrouvons nos légendaires personnages dans une course effrénée les opposants à des champions du 100m, qu’elles remportent haut la main. La piste devenant une rampe de lancement à partir de laquelle elles exécutent des figures acrobatiques de plongeon dignes du film de Leni Riefenstahl « Les Dieux du Stade ».

1989 marque une nouvelle ère dans la communication de la marque Kodak. C’est Jean Baptiste Mondino qui succède à Jean Paul Goude à la réalisation. Ce réalisateur issu de l’univers du clip sortira sa série de films sur les « voleurs de couleurs ». Dans le premier film, on peut voir nos kodakettes prendre en photo des objets ou des sujets, qui se colorent en blanc marquant le vol de la couleur. Une robe rouge, un bouquet de fleurs, une magnifique glace. On peut déceler deux petits clins d’oeil dans ce film : Tout d’abord sur la plaque de la limousine on peut lire « Bandits » qui est la société de production de Jean Baptiste Mondino, et l’autre plus subtil quand le personnage goûte sa glace blanche il dit alors « No Good », ne faudrait-il pas plutôt comprendre « No Goude » pour insister sur le fait que Mondino a remplacé Goude sur ce film.

En 1993, les voleurs de couleurs frappent à nouveau cette fois-ci dans un supermarché où ils font une razzia sur de nombreux objets colorés. Des références à l’univers « grunge » mais aussi aux célèbres boîtes de conserve Campbell si chères à Andy Warhol.

Image de prévisualisation YouTube

Afin de compléter cette série de spots qui aura fait le succès de la marque américaine à la fin des années 80 et début des années 90, voici quelques prints qui mettaient en scène ces petits personnages malicieux et insolents qui ont été le symbole de la marque jusqu’aux années 2000.

 

Trackbacks pour cet article

  1. Les Kodakettes, Jean Paul Goude | Pearltrees

Quelque chose à dire ?