image

Greenpeace sort un film d’animation décrivant les conditions de pêche et le manque de traçabilité de la marque française Petit Navire.

Suite à une étude conduite par Greenpeace sur le contenu des boîtes de thon vendues au grand public sur près d’une dizaine de marques françaises, l’ONG pointe du doigt les manquements de la marque Petit Navire, N°1 du marché avec 25% de parts de marché. Après analyse de plusieurs boîtes de cette marque par un laboratoire indépendant, on a retrouvé des traces de plusieurs variétés de thon (thon albacore et thon obèse) montrant ainsi le manque de traçabilité des produits de cette marque.

La cause majeure de ce constat, la méthode de pêche utilisée, appelée « pêche à la senne » qui permet de concentrer les poissons parmi lesquels des espèces menacés (raies, requins, tortues…) pour ensuite les ramasser à l’aide de filets de plusieurs kilomètres de long. Ce système appelé DCP (Dispositifs Concentrateurs de Poissons) mélangent des espèces qui habituellement vivent en banc sans jamais se mélanger, ce qui explique les différentes variétés de thon trouvées dans les boîtes. On pêche également les jeunes thons qui ne peuvent donc pas se reproduire causant la raréfaction de cette espèce à terme. Autre conséquence, les autres espèces de poissons sont quant à elles rejetées en pleine mer mortes ou en piteux état.

Pour s’opposer à cette méthode de pêche dévastatrice pour l’environnement, Greenpeace sort ce film viral traité en animation en exposant le problème de façon métaphorique puisque l’espèce chassée est l’homme. Un spot qui fait réfléchir et pointe du doigt Petit Navire qui se retrouve ainsi en pleine tempête.

Vidéo Virale Greenpeace

Image de prévisualisation YouTube

Si vous souhaitez agir en signant une pétition vous pouvez vous rendre sur le site de Greenpeace France. 

Greenpeace n’en est pas à sa première action contre les marques voici les exemples les plus marquants de ces dernières années en particulier sur la déforestation en Indonésie à cause de l’utilisation effrénée par les industriels de l’huile de palme :

En 2008, Greenpeace détourne le spot « Onslaught » de Dove pour
dénoncer l’utilisation d’huile de palme dans les produits de la marque

Image de prévisualisation YouTube

En 2010, Greenpeace dénonce Nestlé (Kit Kat) qui favorise la déforestation en Indonésie

Image de prévisualisation YouTube

En 2011, Greenpeace s’attaque à Mattel qui entraîne aussi la déforestation en Indonésie

Image de prévisualisation YouTube

En 2011, Greenpeace détourne le spot du Superbowl de Volkswagen pour dénoncer ses
actions de lobbying en s’opposant à des lois pour la protection du climat

Image de prévisualisation YouTube

En 2013, Greenpeace tape sur Facebook au sujet de l’utilisation du charbon.

Image de prévisualisation YouTube

En 2014, c’est au tour de Shell et Lego de faire les frais de cette vidéo virale

Image de prévisualisation YouTube

En 2014, Greenpeace vise Procter&Gamble (P&G) pour l’utilisation massive d’huile de palme dans ses produits
laissant de nombreux orangs-outans orphelins en Indonésie.

Image de prévisualisation YouTube

Source :  Site natura-sciences.com 

 

Quelque chose à dire ?