image

En pleine Fashion Week, une campagne d’affichage pour la marque St Laurent a soulevé l’indignation d’une partie de la population parisienne. Les annonces shootées par le duo Inez&Vinoodh présentent des femmes en bas résille, haut perchées sur des patins à roulettes dans des poses très suggestives. Parmi les différentes déclinaisons, deux publicités ont particulièrement choqué le grand public : une jeune femme sur fond noir jambes écartées face à l’objectif et une autre sur laquelle une femme penchée dont la tête repose sur un tabouret, le postérieur offert.

Les autres annonces de cette campagne

La campagne provocante sortie à quelques jours de la journée de la Femme n’est pas passée inaperçue, puisqu’une cinquantaine de plaintes ont été déposées sur le site internet de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) mettant en avant le caractère dégradant de ces images publicitaires.

 

Le jury de déontologie publicitaire lié à l’ARPP statuera vendredi sur ces annonces alors que le retrait des affiches aura sans doute eu lieu avant ; la campagne ne durant qu’une semaine.

En juin 2015, une annonce parue dans le magazine ELLE (Grande Bretagne) avait déjà été censurée en raison de l’extrême maigreur du mannequin. Fait également reproché à la marque pour la campagne diffusée sur Paris.

Mars 2016 

Le Contrôle Qualité Samsung

L’innovation est notre culture. La qualité, notre priorité

 

«Infériorisation de la femme, (…) femme offerte… voilà la variété des images auxquelles ce type de campagne renvoie les jeunes publics, qui sont plus fragiles», a estimé Stéphane Martin. «Je ne suis pas sûr que toutes les femmes client(e)s aient envie d’être associées à ces images-là». La maison Saint Laurent, contactée, s’est refusée à tout commentaire.

 

Osez le féminisme vent debout !

 

À quelques jours du 8 mars, Journée internationale des droit des femmes, la campagne a été épinglée sur Twitter à travers le hashtag « YSL Retire Ta Pub Dégradante ».

Quelque chose à dire ?